Histoire de Bedoin // Gîte La Restanque à Bédoin 6 personnes avec piscine privée

Un peu d'histoire.....

Bedoin fut occupé dès l'époque néolithique. Des vestiges importants ont été retrouvés sur différents sites de la commune ou dans des combes du Ventoux, notamment la combe de Curnier.

La mise à jour de vestiges romains a été effectuée en différents points du territoire, près de la fontaine de la Grave au Ventoux, au Quartier St Eutrope au hameau des Baux et plus récemment les vestiges d'une villa gallo-romaine  au hameau des Bruns.

Le nom de BEDUINUM apparut pour la première fois en 956, année de la donation du territoire par le seigneur Exmidio aux moines bénédictins de Montmajour.

En 1250, Barral de Baux, grand seigneur du comte de Toulouse donna aux habitants de la commune, la montagne du Ventoux, l'usage gratuit des fours et moulins et quelques autres privilèges de liberté.

Un château fort construit courant 13ème siècle occupait la colline St Antonin (Saint patron du village. Né  à Vienne, il devint évêque du Comtat Venaissin et l'âge de la retraite venu, il se retira dans une grotte du Ventoux.)
    
Les Papes s'établirent en Avignon au 14ème  siècle, le Comtat Venaissin resta sous leur dépendance. Tous les villages du Comtat Venaissin établirent des fortifications. A Bedoin, quatre portes en donnent l'accès: le portail Cathéron, Clément, Saint – Jean, et Olivier.
        

Au 15ème siècle, l'artisanat se développa. En 1454, il y avait 15 ateliers dont 6 fours de potiers en activité. Ces potiers possédaient des bancs d'argile, et certains se virent offrir par le village maisons, ateliers, fours...

En 1563, durant les guerres de Religion, Bedoin fut pris par Gaspard Pape, Seigneur de Saint Auban grâce à des complices  qui ouvrirent une porte. Les occupants rançonnèrent le village, saccagèrent ses édifices religieux, brûlèrent les reliques de Saint – Antonin et dispersèrent ses cendres. Le château fut détruit vraisemblablement par Raymond de Turenne. Il ne fut jamais reconstruit.

Le début du 17Ième  siècle fut dramatique car la peste frappa plusieurs fois : en 1629-1630 la population fut presque anéantie.

Peu à peu, le village reprit de l'importance, enrichi par l'agriculture, la culture du ver à soie et les industries de conduites d'eau en brique, de tuiles et poteries nées de l'argile du sous–sol ; cette opulence permit à la communauté de lancer en 1708 la construction de l'immense église  Saint-Pierre, l'église paroissiale s'étant  effondrée en 1688.

L'époque la plus douloureuse pour le village et l'ensemble du Comtat Venaissin fut celle de la Révolution où Bedoin appelé "Vendée du Midi", à cause de son attachement au Pape et au Roi, devint la cible des révolutionnaires qui massacrèrent une grande partie de la population et détruisirent le village.

Sous le régime Républicain, "L'Arbre de la Liberté" fut coupé dans la nuit du 12 au 13 Floréal ( 1er au 2 Mai 1794). En répression, et pour servir d'exemple, 63 personnes furent exécutées pour cet acte. D'autres, accusées par le tribunal révolutionnaire, virent leur maison incendiée. Le Barroux, Crillon, Flassan et Mormoiron se partagèrent le territoire de la commune de Bedoin.
    
Un an plus tard eut lieu à la demande des habitants, par voie de pétition, la réhabilitation du village.