Tour de France Cyliste 2013 // Gîte La Restanque 6 personnes au pied du Mont Ventoux à Bedoin Piscine privée

TOUR DE FRANCE  2013 

Ascension du Mont-Ventoux par Bédoin

Le 14, 15, 16 juillet, le Tour de France passe dans le Vaucluse. 

C'est un grand honneur pour le Mont-Ventoux et tous les Vauclusiens de fêter le 100ème anniversaire du Tour de France ! 
Le Mont-Ventoux s’élève à 1912 m. On le voit de loin, en se promenant sur les berges du Rhône à Avignon, de tous les côtés, que l'on arrive par le pays de la lavande à Sault ou par ses contreforts qui abritent le vignoble des Côtes du Rhône ou Côtes du Ventoux. Son ascension lors du Tour de France reste une belle épreuve. 
Le 14 juillet, tous les amateurs de cyclisme vont se retrouver sur les pentes de la montagne, de Bedoin au sommet pour encourager les cyclistes du Tour qui courront sur l'étape Givors - Mont-Ventoux. 

Le 15 juillet, les équipes profiteront d’une journée de repos pour reprendre la course le 16 juillet au départ de Vaison La Romaine  direction Gap. 
C’est toute une région qui va vous séduire car venir en Vaucluse, c’est aussi profiter des saveurs de la Provence, des nombreux festivals d’été et de son art de vivre bercé par les cigales !

C'est un grand honneur pour le Mont-Ventoux et tous les Vauclusiens de fêter le 100ème anniversaire du Tour de France ! 

 

Les grandes dates du Tour de France dans le Mont Ventoux

(Source : Sportspublié le samedi 27 septembre 2008)


22 juillet 1951 : Montpellier-Avignon (224 km) : Apo Lazaridès franchit le sommet depuis Malaucène avec 40’’ d’avance sur l’italien Gino Bartali suivi de Raphaël Géminiani.
A Avignon, c’est Louison Bobet qui remporte l’étape devant Pierre Barbotin (50’’).

9 juillet 1952 : Aix-en-Provence-Avignon (178 km) : La Grande boucle a rendez-vous cette année avec le versant sud depuis Bedoin. Jean Robic arrive en tête au sommet avec 2’15’’ d’avance sur Gelabert et Bartali, avant d’avaler la descente sur Malaucène. A l’arrivée dans la cité des Papes, il compte 1’ 36 ‘’ d’avance sur Bartali, Géminiani, Ockers, Coppi…

18 juillet 1955 : Marseille-Avignon (198 km) : Vainqueur des deux Tours précédents et champion du monde en titre, Louison Bobet franchit le sommet depuis Bedoin avec 51’’ d’avance sur Jean Brankart. Malgré une crevaison tout près de l’arrivée, il remporte l’étape sur les allées de l’Oulle à Avignon.

13 juillet 1958 : Bedoin – mont Ventoux (21, 6 km) : 1 600 mètres de dénivelé pour le premier contre-la-montre de l’histoire du Géant de Provence qui sera remporté par Charly Gaul en 1h 02’ 09’’, le luxembourgeois laissant, derrière lui, Bahamontes (31’’) et Jean Dooto à près de 3 minutes. Louison Bobet signe le dixième temps en 1h 07’03’’.

6 juillet 1965 : Montpellier – mont Ventoux (173 km) : Un peu avant Bedoin, Raymond Poulidor change de monture pour s’équiper d’un vélo ultra léger. C’est le même « Poupou » qui franchit victorieux la ligne d’arrivée jugée à 1910 m, devant Jimenez (6’’) et Henri Anglade (29’’). Gimondi signe le quatrième temps avec 1’ 38’’ de retard sur le vainqueur de l’étape.

13 juillet 1967 : Marseille-Carpentras (211 km) : C’est l’étape tragique qui coûtera la vie à Tom Simpson, foudroyé en pleine ascension du mont Ventoux. Au cours du point presse quotidien, Félix Lévitan, le directeur-adjoint du Tour de France, annonce : « Tom Simpson est décédé à 17h 40. Les médecins ont décidé de refuser le permis d’inhumer ».
Quelques heures plus tôt, l’espagnol Julio Jimenez était passé en tête au sommet du Ventoux devant Gimondi, Janssen et Balmanion. C’est Janssen qui règle le sprint à Carpentras devant Gimondi.

10 juillet 1970 : Gap – mont Ventoux (170 km) : A peine la ligne d’arrivée franchie, le vainqueur du jour, Eddy Merckx s’écroule, victime d’un malaise sans conséquence. Epuisé, le champion belge devance ses deux compatriotes, Van Den Bosche (1’ 11’’) et le grimpeur Van Impe (1’21’’).

13 juillet 1972 : Carnon plage – mont Ventoux (207 km) : C’est le versant nord qui est cette fois au programme avec la traversée de Malaucène. Malgré le retour d’un Merckx impressionnant, Bernard Thévenet s’impose au sommet avec 34’’d’avance. Luis Ocana s’adjuge la troisième place à 39’’ et Raymond Poulidor, la quatrième à 51’’.

10 juillet 1974 : Savines-le-lac – Orange (231 km) : En provenance de Séderon, les coureurs traversent Sault pour attaquer la montée. Aja passe en tête au sommet devant Raymond Poulidor (17’’) et Delisle (19’’). Joseph Spruyt s’impose au sprint dans la cité des Princes devant Den Hartog et Janssens.

19 juillet 1987 : Carpentras – mont Ventoux (36, 5 km) : Presque trente ans après l’exploit de Charly Gaul, le Tour de France vit un nouveau contre-la-montre. Jean-François Bernard entre dans la légende en signant le meilleur chrono (1h 19’ 44’’) devant le colombier Luis Herrera (1h 21’ 23’’) et l’espagnol Pedro Delgado (1h 21’ 35’’). Le local de l’étape, Eric Caritoux, est pointé en 37ème position (1h 27’ 14’’).

18 juillet 1994 : Montpellier-Carpentras (231 km) : Venant de Bedoin, les coureurs doivent affronter la périlleuse montée du Ventoux, Eros Poli franchissant seul le sommet avec pas moins de 4’ 35’’ devant Marco Pantani alors que Richard Virenque mais aussi Las Cuevas, Luc Leblanc, Miguel Indurai, Conti et Lino pointent à un peu plus de six minutes derrière. Au terme de 170 km d’échappée solitaire, Eros Poli entre, lui aussi, dans la légende, franchissant en vainqueur la ligne d’arrivée tracée sur les allées des Platanes à Carpentras. Elli prend la seconde place (3’39’’) suivi de Pascal Lino (même temps).

13 Juillet 2000 : Carpentras – mont Ventoux (149 km) : Ce jour-là, les coureurs empruntent un tracé largement vauclusien, traversant notamment Bedoin avant d’engager l’ascension. L’italien Marco Pantani franchit le premier la ligne d’arrivée au sommet, l’américain Lance Armstrong, en seigneur, lui laissant le gain de la victoire. Beloki (Festina) prend la 3ème place (14") et Ullrich la 4ème (27").

21 Juillet 2002 : Lodève – mont Ventoux (221 km) : A Bedoin, soit à 21 km du sommet, Richard Virenque possède 7’50’’ d’avance sur le peloton qui compte dans ses rangs Lance Arsmtrong qui rêve d’un succès dans le Ventoux. Cette avance confortable sera suffisante pour que le coureur français, chouchou du public, remporte l’étape avec 1’ 58’’ d’avance sur le russe Alexandre Botcharov, l’américain signant le troisième temps à 2’20’’ du vainqueur.

25 Juillet 2009 : Au départ de Montélimar, l’avant-dernière étape du Tour de France Cycliste 2009 arrivera, depuis Bedoin, au sommet du mont Ventoux. Une grande première qui place idéalement le Géant de Provence en juge de paix.

Source : Les grandes heures du Tour de France au   Ventoux,  par Bernard Mondon (Editions Equinoxe).